4 juin 2014

Parce que tout le monde a droit à une meilleure retraite!

Depuis quelques jours, vous entendez parler d’un nouveau régime de retraite : le régime volontaire d’épargne-retraite (RVER)? C’est normal! La Régie tient actuellement une campagne de promotion et d’information sur le RVER; la loi portant sur ce régime entrera en vigueur le 1er juillet prochain.

Le RVER permettra à plus de 2 millions de travailleurs québécois d’avoir accès à un régime d’épargne-retraite au travail. Si vous faites partie des 50% de travailleurs qui n’ont pas accès à ce type de régime, ça prend toute une discipline pour mettre de l’argent de côté. L’instauration du RVER est donc une bonne nouvelle pour vous! Mais vous comprendrez que, pour assurer le succès de la mise en place du RVER, le rôle de l’employeur est essentiel.

L’employeur, un joueur clé! 
Au Québec, plusieurs entreprises pourraient devoir offrir un RVER dans les prochaines années. La mise en place de ce régime est obligatoire, mais se fait de façon progressive, selon un échéancier prévu par la Loi, qui tient compte du nombre d’employés de l’entreprise.

Mon message aux employeurs? Vous pouvez faire LA différence dans la retraite de vos employés. Plus vous mettez en place un RVER rapidement, plus vos employés peuvent accumuler des sommes pour la retraite.

Toujours pas convaincu? Voici 5 avantages du RVER qui sauront vous convaincre.
  1. Facile à mettre en place
    Vous pouvez instaurer un RVER en suivant 4 étapes faciles.
  2. Économique et facile à gérer
    Vous pouvez décider de cotiser ou non au RVER de vos employés et vous confiez sa gestion à un administrateur autorisé, par exemple un établissement financier.
  3. Propice à la rétention de la main-d’œuvre
    Si vous décidez de contribuer au RVER de vos employés, vous rendez votre entreprise plus attrayante. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre qualifiée, c’est un avantage qui favorise la rétention de votre personnel et le recrutement de nouveaux employés. Soyez le premier à le faire et démarquez-vous de la concurrence!
  4. Avantageux sur le plan fiscal
    Le RVER offre des avantages similaires au REER. Toutefois, contrairement au REER, vos cotisations au régime, si vous en faites, n’entraînent pas de taxes sur la masse salariale.
  5. Avantageux pour vos employés
    Les frais de gestion du RVER sont peu élevés, ce qui permet d'augmenter la valeur cumulée de l'épargne-retraite. Cela fait toute la différence! Par exemple, une réduction de 1 % des frais peut se traduire par un gain de 27 % sur l’épargne-retraite.
C’est intéressant, non? Parce que tout le monde a droit à une meilleure retraite, agissez rapidement! Que vous soyez travailleur ou employeur, commencez par visiter notre section Web sur le RVER.

Ajoutez un commentaire.

14 commentaires:

  1. Il y a t’il une limite de cotisation au RVER ?

    Pourquoi ne pas offrir les mêmes avantages fiscaux aux employeurs qui cotisent dans les REER de ses employés ? Rendu là, le gouvernement aurait juste pu donner ces avantages fiscaux aux entreprises qui instaurent un régime REER collectif. Cela aurait fait le même travail sans complexifier les règles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fiscalité relève du fédéral en ce qui concerne les régimes de pension agrée (RPA) et les RVER.

      La fiscalité des RPA existent depuis des décennies et prévoie qu’une cotisation d’un employeur à un RPA doit servir uniquement pour la retraite (règles d’immobilisation) et ne constitue pas du salaire immédiat accessible, mais une rente différée.

      Dans le cas des REER collectifs, la cotisation de l’employeur n’est pas immobilisée, c’est-à-dire qu’elle peut être retirée avant la retraite. D’un point de vue fiscal, la cotisation de l’employeur est considérée comme une augmentation de salaire pour l’employé qui est par la suite déposée dans un REER personnel.

      Si l’employeur veut que sa cotisation serve uniquement pour la retraite, donc immobilisée, il peut mettre en place un régime de pension agréé.

      Le RVER est un nouveau produit, fiscalement proche des REER, mais qui permet une cotisation de l’employeur immobilisée jusqu’à la retraite, donc qui n’est pas considérée comme du salaire disponible.

      Supprimer
  2. Cela ressemble à la loi de l'assurance médicament qui a créée un régime mixte: ce qui a aidé ceux qui n'avaient pas accès à un régime d'assurance mais ce qui fait payer plus à certains assurés au privé.

    Le fait de n'avoir pas les mêmes règles de traitement fiscal entre le REER Collectif et le RVER me laisse croire que l'on avantage encore une partie de la population au détriment d'une autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut savoir que pour un employeur, le traitement fiscal est déjà différent entre un REER collectif et un régime de pension agréé (RPA) , qu’il s’agisse d’un régime de retraite simplifié (RRS) ou d’un régime à prestations déterminées.

      Pour un employeur, le RVER a les mêmes caractéristiques fiscales que ces régimes de pension agréé (RPA)

      Supprimer
  3. Où puis-je trouver la liste des administrateurs potentiels pour ce régime sur votre site internet?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’Autorité des marchés financiers met à votre disposition un registre des gestionnaires autorisés à administrer des RVER. Voici le lien pour y accéder : https://www.lautorite.qc.ca/fr/registre-rver-corpo.html

      Supprimer
  4. Où peut-on trouver la liste des administrateurs qu'un employeur peut contacter afin de mettre ce programme en vigueur sur votre site internet?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’Autorité des marchés financiers met à votre disposition un registre des gestionnaires autorisés à administrer des RVER. Voici le lien pour y accéder : https://www.lautorite.qc.ca/fr/registre-rver-corpo.html

      Supprimer
    2. Je préfère ce lien : http://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/retraite/rver/rver_enregistres/Pages/RVER_enregistres.aspx

      Supprimer
    3. Effectivement, il s'agit du registre des administrateurs autorisés à vendre un RVER. Le registre n'existait pas au moment de notre première réponse.

      Supprimer
  5. Bonjour,

    Mon commentaire ne fait pas suite au sujet abordé, mais plutôt il concerne les "Retenues à la source". Je suis à la retraite depuis un an et je reçois une retraite de la RRQ invalidité (j'ai 61 ans). Puisque mon fils de 19 ans est encore aux études, comment puis-je calculer les retenues à la source à faire afin de ne pas avoir d'impôt à payer en fin d'année. Mon revenu annuel brut (retraite employeur et RRq invalidité) est de 32 000$. Merci de donner suite à ma demande ou de me diriger vers une autre ressource au besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      C'est Revenu Québec qui pourrait vous aider à répondre à cette question.

      Supprimer
  6. Puisque vous êtes au front pour le RRQ, sachez que je vais m'employer dans les mois à venir à critiquer (ce que les réflexions des économistes et chercheurs etc à propos de l' état lamentable de l'épargne retraite des québécois ont constatée en demandant des solutions) l'exemple typique du manque de courage lorsqu'une montagne décide d'accoucher volontairement d'une souris en renforçant l'idée qu'au Québec il y a vraiment des citoyens de seconde zones et tous les autres, employés de l'État dont l'épargne retraite est consolidée à l'intérieur d'une structure efficace qu'est la CDP, à l'exception du RRQ où on oblige employés et employeurs à contribuer obligatoirement. Vous êtes à mettre en place qu'une simple structure administrative sans obligation "morale" ($$$) de rendement pour les épargnants, encore une fois à la merci des Desjardins et Banques et leur maintenant exclusive finalité qui est de satisfaire leurs actionnaires plutôt que l'épargnant. Vous serez l'instance de surveillance des Agents autorisés et limiterez les frais, j'veux-bien mais hélas ce n'est pas la fondamentale d'un fond de retraite surtout lorsqu'il sera aussi éparpillé entre toutes ces institutions financières.
    On se serait attendu au regroupement de ces épargnes à l'intérieur de la CDP en parallèle avec la RRQ même s'il fallait lui donner un peu plus de souplesse d'opération. Dois-je vous rappeler les rendements de la CDP au profit de ces déposants depuis 1965? Pour le bénéfice de ceux qui liront mon commentaire le lien:
    http://www.lacaisse.com/fr/resultats/donnees-historiques

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour M. Simard,
    il faut garder à l’esprit que la Caisse de dépôt et placement du Québec est un investisseur institutionnel dont le rôle n’est pas de gérer des comptes individuels pour des particuliers pouvant déposer ou retirer des sommes à tout moment, comme peuvent le faire les établissements financiers.

    De plus, les établissements financiers ont déjà des structures de perception et de gestion en place qui sont efficientes et la compétition, ainsi que les économies d’échelle, permettront de réduire les coûts du RVER. Un encadrement sera mis en place pour s’assurer que le RVER atteint les objectifs que recherche le gouvernement par sa mise en place.

    RépondreSupprimer

Abonnez-vous au Blogue de Frédéric Lizotte!