13 mai 2013

Qu’adviendra-t-il des recommandations du comité D’Amours?

Le rapport du comité d’experts sur l’avenir du système de retraite québécois a été déposé le 17 avril dernier. Il propose plusieurs recommandations, 21 pour être plus précis. Pour l’instant, il ne s’agit que d’un rapport, mais il pourrait en être autrement dans les prochains mois. Je vous avais promis de revenir sur ce sujet. Chose promise, chose due!

 Faisons d’abord un bref survol des propositions du rapport Innover pour pérenniser le système de retraite. Le comité recommande la mise en place d’une rente longévité et de régimes volontaires d’épargne-retraite (RVER), l’implantation de différentes mesures pour renforcer les régimes privés de retraite, plus particulièrement les régimes à prestations déterminées, et l’assouplissement des règles de décaissement de l’épargne-retraite.

 Concrètement, qu’est-ce que ça veut dire? Eh bien, c’est justement la question à laquelle répondra M. Alban D’Amours, le président du comité d’experts, lors d’une tournée d’information qui débutera le 14 mai prochain. Dans plusieurs régions du Québec, il rencontrera différents groupes constitués d’élus, d’aînés, de jeunes et de gens d’affaires afin de leur expliquer les propositions des experts pour rendre le système de retraite québécois viable et performant. Pour savoir quand le comité visitera votre région, suivez notre fil Twitter.

 Le rapport a aussi eu des échos à l’Assemblée nationale. Tous s’entendent pour dire que le statu quo n’est pas une option. D’ailleurs, une motion a récemment été votée à l’unanimité, exigeant que le gouvernement agisse rapidement dans le dossier des régimes de retraite. Une consultation particulière en commission parlementaire débutera le 10 juin, et un rapport devra être déposé à l’Assemblée nationale aussi tôt que le 17 septembre prochain.

Vous trouvez qu’il y a beaucoup de vœux pieux et peu de concret? Détrompez-vous! Le gouvernement a fait les premiers pas le 8 mai en déposant un projet de loi créant les régimes volontaires d’épargne-retraite (RVER). Ce projet de loi avait été annoncé dans le budget en novembre 2012, et la pertinence de cette mesure avait été confirmée par le comité d’experts.

 Et vous, qu’en pensez-vous?

6 commentaires:

  1. Qu'est ce que ca va donner aux personnes qui sont a l'aube de la retraite? C'est ni plus ni moins qu'une autre taxe déguisé car rendu à 60 ans, je ne pense pas atteindre un montant qui sera acceptable à ma retraite. Les gouvernements auraient du y penser il y à 30 ans lorsqu'ils ont donné de faramineux plans de retraites à leurs employés. Aujourd'hui ils sont pris avec de superbes déficit de plans de retraite qui se chiffre en milliard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas en infantilisant la population que les choses vont s'arranger. L'épargne, ça devrait être une "dépense" que toute personne sensée doit budgeter pour s'assurer un revenu convenable à la retraite. Comme employé "de l'état", mon salaire a toujours été plus bas que dans le privé en contre-partie d'avantages comme le fond de pension (auquel je contribue selon les règles imposées), Ce qui ne m'a pas empêché de contribuer à un REER toute ma vie active.

      Supprimer
  2. Attention! Je suis enseignante qui sera à la retraite dans 7 ans. J'usqu'ici, d'après mon relevé de 2010 j'ai cotisé pour un total de 256,327,50$ avec les intérets. La part du gouvernement est la même car on cotise chacun à 50%. À 65 ans je vais avoir une retraite de 30,280$. Tout ceci avec 38 ans de service et à la condition que je continue à cotiser jusqu'à 65 ans. Je suis d'accord que je suis chanceuse, mais présentement je paie 4880$ par année pour mon fond de pension. Quand on parle des retraites des employés du gouvernement, c'est toujours les conditions des cadres et des hauts salariés qui sont montrées du doigt en prenant pour acquis que tous les employés ont le même plan de retraite.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai bien hâte de voir ça le RVER, Un régime que les petites PME devront offrir et nécessitant une administration supplémentaire et où les employés ne sont pas obligé d'adhérer. Si on veut éduquer la population sur l'importance de l'épargne-retraite, ce n'est pas en ajoutant des régimes de la sorte qu'on y arrivera. C'est à l'école que ça doit s'enseigner d'abord. On entend les gens à la pré-retraite dire "j'aurais donc dû" mais les jeunes de 20 à 30 ans n'y apporte pratiquement aucun intérêt. Le RVER ne règlera pas le problème ......

    RépondreSupprimer
  4. Justement, la position du gouvernement versus le rapport D'Amours ne fait pas de doute. Or, en guise de transparence et me mise à l'avant plan de l'intérêt du contribuable tout cela fait terriblement dur. C'est comme si nous nous trouvions encore dans le domaine de la construction ou dans les années 1600, alors que L'Église persistait à laisser croire que la Terre était le centre de l'Univers. Tout ceci n'augure rien de bon pour la clientèle visée, au contraire. Cessons de prétendre que tout cela est beau, merveilleux et innovateur. En fait, tout ce qui touche le RVER et la rente Longévité est basé sur de simples mythes financiers : Primo que les contribuables auront NÉCESSAIREMENT un taux plus faible à la retraire et secundo que les frais de gestion des frais communs de placements sont trop dispendieux. Or, la vérité c'est que la majorité des travailleurs du secteur privé obtiendront un taux réel d'imposition (TEMI) plus élevé à la retraite et que pour eux, ces deux régimes seront comme des hypothèques inversées. Oui, ils auront plus d'argent bruts, mais à quel prix ! Pourquoi ne pas avouer publiquement qu'un retraité célibataire aura toujours un TEMI plus élevé que 43.5% à la retraite et que seuls les couples gagnants plus de 51,000$ à la retraite pourront avoir un TEMI inférieur à 38.4%. Remplaçons les RVER, rente longévité et RRQ par des régimes qui ressembleront davantage au CELI ou au REEE et alors nous pourrions prétendre à une quelconque innovation et à des mesures avantageuses pour les travailleurs du secteur privé !

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que le rapport a oublié le plus important soit des cours obligatoires sur les finances personnelles dès le primaire. Les prochaines générations seront durement affectées par les déficits des caisses de retraite et il faudra les préparer à faire face à ce mur que nous risquons de frapper.

    Lien important :

    http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201304/01/01-4636599-la-reputation-financiere-des-jeunes-en-jeu-.php

    RépondreSupprimer

Abonnez-vous au Blogue de Frédéric Lizotte!